mercredi 7 mars 2018

Vies volées de Mayalen Goust et Matz

"L'histoire d'une adoption pas comme les autres..."


Auteurs : Mayalen Goust et Matz 
Editions : Rue de Sèvres
Date de sortie : 10 janvier 2018
Nombre de pages : 80
Prix chez l'éditeur : 15 euros

Synopsis : En Argentine, de 1976 à 1983, sous la dictature militaire, 500 bébés ont été arrachés à leurs mères pour être placés dans des familles plus ou moins proches du régime. Plusieurs années après cette tragédie, les grands-mères de ces enfants ne cessent de se battre pour les retrouver. Interpellé par ce drame largement médiatisé, Mario, un jeune homme de 20 ans qui s'interroge sur sa filiation décide d'aller à la rencontre de ses grands-mères accompagné de son ami Santiago et décide de faire un test ADN, Les résultats bouleverseront les vies des deux jeunes gens et de leur entourage.

Un grand merci aux éditions L’école des Loisirs et Rue de Sèvres pour m’avoir envoyé en SP cette bande-dessinée. Quand je l’ai vue dans le catalogue, je n’avais aucune idée de quoi elle allait parler, mais elle m’a de suite attirée par sa couverture et son titre énigmatique. La quatrième de couverture ne révèle pas grand-chose de l’histoire, elle garde le suspense et le mystère, tout en donnant au lecteur envie d’en découvrir plus. Le graphisme de la couverture n’était pas ce qui m’a le plus attiré, j’ai du mal avec un certain genre de dessin.

Pour ce qui est de l’histoire, on évolue en Argentine entre 1976 et 1983. Situation historique : dictature militaire où 500 bébés ont été enlevés, arrachés de leur mère et placés en familles d’accueil. Le temps a passé, de l’eau a coulé sous les ponts, et après cette tragédie, les grands-mères cherchent encore ces enfants arrachés à leur famille. A 20 ans, Mario se rend bien compte qu’il ne ressemble pas du tout à sa mère et son père. Après un test ADN, sa vie et celle de son entourage changera à jamais.

J’avais très envie de découvrir cette BD pour adultes, car elle aborde une partie de l’histoire de l’Argentine, dont je n’ai jamais entendu parler. En effet, sous une dictature militaire, des bébés ont été volés, arrachés de leur mère et adoptés par la suite. Je n’avais jamais entendu parler de ce moment de l’histoire, le récit m’a donné très envie de me renseigner davantage sur cette tragédie. Afin de nous sensibiliser un maximum sur cette partie historique, l’auteur nous fait suivre les aventures de Mario et Santiago, deux étudiants, amis depuis longtemps. Quand Mario a de plus en plus de doutes sur ses parents, sa vie va basculer suite aux résultats ADN. A travers le point de vue de Mario, on découvre le malaise que peuvent ressentir ces enfants qui n’ont jamais connu leurs vrais parents. Malheureusement, Mario n’est pas le seul dans ce cas et de nombreuses personnes cherchent qui elles sont vraiment et d’où elles viennent.

Les illustrations sont loin d’être mes préférées, comme il s’agit d’une BD destinée aux adultes, le graphisme est un peu plus dur que celui pour des enfants, les couleurs sont assez ternes. Les dessins ne montrent pas toute l’atrocité de cette partie de l’histoire, mais ne nous empêchent pas de nous rendre compte de la gravité et de l’atrocité des faits.
Pour conclure, cette BD est une découverte excellente, forte en émotions. Elle m’a permis de connaître une partie sombre de l’histoire de l’Argentine, et m’a donné très envie de me renseigner davantage. Je vous conseille fortement cet ouvrage original qui met en lumière des faits marquants.
Une bande dessinée surprenante et touchante qui met l’accent sur une partie peu connue de l’histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire